Eoliennes : l’état marche sur la tête !

Les éoliennes ont en France une des législations les plus draconiennes, avec étude d’impact, enquête publique, permis de construire et garanties financières. Mais cela ne suffit pas aux opposants. Les sénateurs ont décidé d’en rajouter une louche en classant les éoliennes dans les ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement), soit avec les usines les plus dangereuses de France, contrairement aux accords de Grenelle qui avaient explicitement refusé cette proposition. A ce stade, l’objectif n’est pas de réglementer la filière, mais de tenter de la tuer définitivement, alors qu’elle commence à approcher de la rentabilité.

Tuer dans l’œuf
la filière éolienne?

Le plus incroyable est que, dans le même temps, l’Etat allège considérablement les contraintes sur une partie de ces mêmes installations dangereuses. Progressivement, sur les 50 000 installations dangereuses soumises à autorisation, les 2/3 pourront s’installer sans enquête publique, sans étude d’impact, sans étude de danger et évidemment sans garanties financières de remise en état du site. L’argument pour justifier cela : le manque de personnel pour contrôler les risques industriels. Alors vraiment, si on manque tant de ces précieux inspecteurs qui garantissent la sécurité en France, inutile de leur faire perdre du temps à instruire des dossiers d’éoliennes, installations sans risque réel.

Bien sûr, ce blocage va empêcher la France de remplir ses obligations de production d’électricité d’origine renouvelable (23%), car à ce jour, seules les éoliennes produisent suffisamment pour tenir ce challenge.

Pour l’instant, les panneaux solaires qui produisent de l’électricité ne sont pas encore touchés par la vindicte des anti-éoliens. Mais cela pourrait venir quand chacun aura compris que pour produire autant qu’une grande éolienne, il faut 40.000 mètres carrés de panneaux solaires, 4 ha de panneaux, dans un espace clôturé où le sol ne peut servir à rien d’autre. Côté paysage, ce n’est pas terrible non plus ! A moins que …  justement, ce qui protège aujourd’hui les panneaux solaires, c’est qu’ils produisent très peu d’énergie et coûtent très cher. Car à production égale, l’énergie électrique en provenance des panneaux coûte 4, 6 ou 8 fois plus cher (selon qu’il s’agit de centrales au sol ou de panneaux intégrés en toiture) que l’électricité éolienne (et même en réalité bien plus, mais n’entrons pas dans le détail à ce stade). A ce prix-là, on est sûr de ne pas pouvoir en faire beaucoup. Et de ne pas faire d’ombre … au nucléaire!

  • Share/Save/Bookmark
Tags: ,

Donnez votre avis