(4/5) Formation professionnelle 2004 : la région en chantier

LES OBJECTIFS D’UNE POLITIQUE RÉGIONALE DE FORMATION PROFESSIONNELLE

La formation professionnelle soulève des attentes sociales très fortes, tant au niveau des personnes qui y voient une chance d’accès à l’emploi ou de promotion sociale, qu’au niveau des entreprises qui souhaitent trouver du personnel qualifié, ou qu’au niveau des territoires qui peuvent en faire un levier pour leur développement. Malgré cela, l’image de la formation s’est dégradée (stage « parking », stage inadapté à l’emploi visé, alternance mal ciblée, personnes en trop grande difficulté pour suivre un stage, d’où échec supplémentaire, qualité des formations…).
Cette dégradation résulte aussi d’un dérapage progressif qui transforme certains stages en outils de socialisation avant d’être un outil de formation. Il est indispensable que la formation continue retrouve une image plus positive de portail vers l’emploi, la professionnalisation et la qualification.

Pour les 6 ans à venir, les objectifs au cœur de la politique régionale en la matière se déclinent ainsi :

Egalité des habitants : permettre à tous les habitants de la région, salariés comme demandeurs d’emplois, une égalité d’accès à la formation quand elle est souhaitée, mais avec un effort plus important vers les petits niveaux (V et IV, du CAP au Bac) dans le double objectif de justice sociale (car l’Etat a moins investi pour eux que pour les diplômés) et d’efficacité économique (afin de permettre une meilleure insertion dans le monde du travail pour ceux qui ont le plus de difficultés).
Egalité des territoires : faire de la formation professionnelle un outil au service du développement des territoires, en particulier les moins peuplés, en les incitant simultanément à faire émerger les demandes correspondant aux besoins locaux actuels et à faire un travail prévisionnel sur les capacités ultérieures de développement et les besoins de formation corrélés.
Adaptation de l’offre et de la demande (réduire l’écart entre l’offre et la demande d’emplois dans certaines branches professionnelles par des formations adaptées à l’offre, quand elles débouchent sur des emplois durables et socialement acceptables) mais aussi anticiper les formations pour les nouveaux emplois émergents.
Mise en cohérence avec les autres politiques régionales :  par exemple la politique économique, en soutenant la formation des créateurs d’entreprises (en accompagnement des couveuses, pépinières et incubateurs) et en renforçant les compétences professionnelles des salariés, ou la politique environnementale, en développant une information sur le développement durable et l’Agenda 21 au sein de toutes les formations financées par la région.
Concertation avec tous les partenaires : recréer les organismes de concertation et de travail en commun que la précédente Région avait enterrés : le Comité de coordination régional pour l’emploi et la formation (CCREFP), l’Observatoire régional de l’emploi et de la formation (OREF) et le centre d’animation régional de l’information sur la formation (CARIF).

D’ores et déjà, trois décisions ont été prises pour illustrer la nouvelle politique régionale.

  • La transparence de l’information sur la formation : la mise à disposition de tous les acteurs de la formation professionnelle, mais plus largement de tous les publics, de l’information sur les formations financées par la Région. Elles sont aujourd’hui en ligne sur le site de la région.
  • Le renforcement de l’égalité des chances d’accès à la formation : l’abandon dès janvier 2005 de l’indemnisation uniforme des stagiaires, remplacée par une rémunération des stagiaires de la formation professionnelle, selon les modalités du code du travail, qui tient compte de la situation sociale de chacun.
  • La mise en place des outils de partenariat, indispensables pour une utilisation optimale des fonds publics : un rapprochement avec les services de l’Etat, et la mise en place d’un CARIF et d’un OREF.

(à suivre …)


  • Share/Save/Bookmark
Tags:

Donnez votre avis