Agrocarburants, stockage de CO2, des fausses solutions

L’accroissement des émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique qui en résulte font naître de très nombreuses idées pas toutes passées au crible d’un vrai développement durable, prenant en compte la totalité de la chaine de production et les divers critères : économie des ressources naturelles, réduction des gaz à effet de serre, préservation de l’environnement, réduction des inégalités nord-sud.

L’erreur de
raisonnement
est toujours la même …

Ainsi, on a vu arriver les agrocarburants, dont l’effet le plus pervers est de détruire des grandes forêts, parfois même des forêts primaires, pour y planter de l’huile de palme destinée aux moteurs de nos voitures. Quand on sait qu’aujourd’hui, la déforestation est responsable de 20% des émissions de gaz à effet de serre, en rajouter encore plus ne paraît pas vraiment frapper au coin du bon sens. L’erreur de raisonnement est toujours la même : on analyse un petit bout de la chaîne, l’utilisation finale dans nos voitures, et on oublie tout ce qui est en amont. La volonté réelle est toujours la même : ne rien changer à nos habitudes et faire porter le poids des efforts sur d’autres.

Dans le même ordre d’idées saugrenues : le stockage de CO2. La première chose essentielle à savoir est que cette technologie va consommer entre 10 et 30% d’énergie en plus, voire jusque 40% dans certains cas. En d’autres termes, on vise à consommer encore plus vite les énergies fossiles, donc à produire encore plus de CO2, sous le fallacieux prétexte qu’on va l’enfouir. Sans même évoquer tous les risques liés à cette technologie, fuite du gaz, acidification des sols et des nappes phréatiques, risque de surgissement violent de poches de gaz, l’idée même est stupide. Il faut aussi savoir que les lieux possibles d’enfouissement ne sont pas légion ; le projet est donc de créer des gazoducs depuis les lieux de production jusqu’aux lieux d’enfouissement. Une vraie usine à gaz ! Comme pour les agrocarburants, on ne regarde qu’un seul paramètre -le CO2- au détriment des autres -consommation d’énergie,  biodiversité, …- que l’on dégrade.
Restons attentifs à ces nouvelles idées surgissantes qui manquent singulièrement de vision globale. Il va sûrement en arriver d’autres. Et si vous souhaitez vous faire une idée assez complète sur le captage stockage de CO2 naturel, allez voir le dossier de presse de France Nature Environnement sur ce sujet : http://fne.asso.fr/com/dossierpresse/dp_csc_041109.pdf

  • Share/Save/Bookmark
Tags:

Donnez votre avis