Vous êtes vacciné ? Moi non plus !

L’épidémie de grippe semble s’estomper. Vu le peu de succès de cette vaccination, le gouvernement se décide enfin à proposer aux médecins de s’y mettre en espérant probablement placer encore quelques millions de doses. Il est donc temps de faire une première évaluation rapide des choix politiques mis en oeuvre pour cette épidémie.

1/ Ce gouvernement nous a fait le coup du principe de précaution. Mais merci tout de même de ne pas nous prendre pour des imbéciles. La France compte 1% de la population mondiale. Elle a acheté 10% des vaccins qui ont été vendus dans le monde. Première erreur.

2/ Cette grippe était de toute évidence bénigne. Nous le savions car d’autres pays avaient été touchés  avant le nôtre, et la mortalité était restée très faible. Roseline Bachelot est pourtant venue, avec des accents pathétiques, nous vendre la gravité exceptionnelle d’une situation, pour que chacun aille se faire vacciner. Deuxième erreur !

3/ On nous a distillé les morts un à un, comme s’il s’agissait à chaque fois d’un mort totalement dû à la grippe alors que, dans la quasi totalité des cas, il s’agissait de patients atteints de plusieurs maladies que la grippe a achevé d’emporter. D’ailleurs on nous a signalé une fois comme un cas exceptionnel une personne décédée alors qu’elle n’avait aucune autre pathologie. In fine, nous en sommes à un peu plus de 200 morts alors que la grippe annuelle fait régulièrement plus de 3000 morts. Troisième erreur !

4/ La technique de masse retenue pour vacciner a obligé le gouvernement à réquisitionner des médecins et des internes des hôpitaux, les obligeant à quitter leur service souvent plus urgent, allant jusqu’à retarder des opérations, désorganisant les services hospitaliers qui sont déjà à l’agonie avec le dramatique manque de personnel. Ce manque de personnel va encore s’aggraver avec le non remplacement d’un départ à la retraite sur deux. Quatrième erreur !

5/ Enfin, il faut bien évoquer le coût. D’après toutes les informations connues à ce jour, la facture avoisinerait le milliard et demi d’euros, dont la moitié pour les laboratoires pharmaceutiques. Que n’aurait-on pu faire de plus intelligent avec cet argent, à commencer par ne pas augmenter le coût du forfait journalier à l’hôpital? Ou alors investir dans la recherche sur le paludisme, qui tue des millions de personnes chaque année, dont beaucoup d’enfants ? Tout cela aurait été plus intelligent que d’aller chercher à  (re)vendre nos vaccins inutiles dans le Tiers-Monde. Cinquième erreur !

Un mot de conclusion. Je ne suis pas contre les vaccins. La poliomyélite était une maladie redoutable il y a 50 ans; elle a presque disparu grâce au vaccin. Mais il faut savoir les utiliser à bon escient : pour des maladies graves évidemment, pas pour des maladies bénignes;  et pour des maladies qui existent encore, pas pour celles qui ont été éradiquées !

  • Share/Save/Bookmark
Tags:

Donnez votre avis