Sarkozy : « construisons en zone inondable »

Après la tempête, Sarkozy s’est exclamé « Comment peut-on mourir noyé dans son lit aujourd’hui ? ». Il y a moins d’un an, lors de la présentation du Grand Paris, il s’exclamait avec la même conviction : « Il n’y a pas de problème de foncier, il y a un problème de réglementation, il faut libérer l’offre ; pour le coup, il faut déréglementer, … il faut rendre constructibles les zones inondables avec des bâtiments adaptés à l’environnement et aux risques… ». Et voilà comment la plus haute autorité politique de ce pays nous prépare d’autres catastrophes !
De très nombreuses réactions ont eu lieu après la tempête Atlantique. Dans l’Aude, 10 ans après les grandes inondations de 1999, cette catastrophe a rappelé des souvenirs douloureux. Ici comme là-bas, les constructions en zone inondable semblent ne jamais s’arrêter, malgré tous les plans de prévention.
Comme toujours, chacun se croit à l’abri derrière une digue. Combien faudra-t-il encore de morts pour comprendre qu’une digue est une protection contre les petites et les moyennes inondations mais un danger grave, voire mortel, lors des grandes inondations. Car quand une digue lâche, la violence et la rapidité de la montée des eaux empêchent toute action efficace.

Si on examine la situation actuelle avec :

  • le réchauffement climatique et ses conséquences sur le trait de côte, comme en témoigne le lido de Sète qui a reculé de plus de 50 mètres;
  • la construction, toujours plus près du littoral, poussée par le rêve de chaque français – une maison les pieds dans l’eau – et le rêve de tous les spéculateurs fonciers – construire là où les autres n’ont pas réussi à avoir l’autorisation;
  • l’imperméabilisation des sols, qui accélère la montée des eaux;
  • la loi littoral impuissante – dans les 10 dernières années on a, selon une étude récente de l’INSEE, construit autant en zone inondable qu’en zone non inondable,

alors, il est plus que temps de changer de politique. D’accepter le recul du trait de côte; de s’inspirer des Pays-Bas qui commencent à rendre des terres à l’océan; d’avoir une attitude très stricte quant à l’interdiction de construction en zone inondable. Monsieur le Président, vous avez tout faux !

  • Share/Save/Bookmark
Tags:

Donnez votre avis