2007 (fév)

Monsieur le Président,
Les services de la formation professionnelle, moi-même et plus généralement l’administration régionale, sommes dans une situation ambiguë depuis le 16 novembre 2006. Je vous ai fait parvenir une lettre vous rendant ma délégation. A ce jour aucune suite n’a été donnée à ce courrier. Je peux le comprendre, mais cette situation ne saurait durer. Il me revient de préciser ma position:
- Je ne reviendrai pas sur ma décision de vous rendre ma délégation et je vous demande de l’accepter et d’en tirer les conséquences administratives qui s’imposent, en particulier la diminution de mes indemnités d’élue;
- Je reste membre de la majorité actuelle du Conseil régional, scellée autour du programme
Union Toute. Et ce d’autant plus que j’approuve une grande part des politiques publiques portées par la Région. C’est pourquoi je ne démissionne pas des responsabilités qui résultent d’un vote de l’Assemblée Plénière.
Ce double positionnement crée une situation un peu complexe, qui peut évoluer de deux manières différentes :
- Soit l’élu que vous aurez désigné pour reprendre ma délégation n’exige pas d’être le président de la commission formation professionnelle. Auquel cas, je souhaite rester Présidente de cette commission et contribuer depuis cette position, en harmonie avec le nouveau dépositaire de la délégation, à la mise en œuvre des politiques dans ce secteur que j’ai appris à bien connaître;
- Soit ceci ne vous parait pas possible et il vous appartient de demander aux membres de la commission d’élire le nouveau délégué à la présidence de la commission.
Enfin, avec cette situation clarifiée, et quel que soit le choix retenu, je ne fais plus partie du bureau, mais je reste évidemment membre de la commission permanente tant que celle-ci n’a pas été renouvelée dans sa totalité.
Je vous prie de recevoir, Monsieur le Président,  mes salutations écologistes et mes regrets les plus sincères.

Maryse Arditi

  • Share/Save/Bookmark